OVNI en Transe

La fascination massive pour les OVNI a pratiquement disparu. Mais croyez-le ou non, parfois les faits parlent d’eux-mêmes. Nous ne parlons pas là des fous « enlevés par les extraterrestres », ni des cercles sur les champs faits par les agriculteurs eux-mêmes pour attirer l’attention, mais de ce que le Groupe de Recherche des Phénomènes Aérodynamiques non Identifiés ( GEPAN), basé à Toulouse, appelle le « cas D » – c’est à dire ce qui ne peut être expliqué d’aucune manière – ni par la folie, ni par les forces naturelles, ni par des tests de matériel météorologique ou d’armes nouvelles. Uniquement de ce qui est sûrement venu d’ailleurs. L’un de ces cas – l’affaire de Trans-en-Provence – même la NASA s’y intéresse.

À première vue, c’est un banal village du Sud de la France. Bien plus qu’un village, presqu’une petite ville. Quoi qu’il en soit, il y a officiellement: 5 500 habitants, une église, deux chapelles, pas de monuments culturels protégés par l’UNESCO… Mais, contrairement à beaucoup de lieux similaires, celui-là a reçu une mention dans Wikipédia française, et pas seulement. Pourtant, qui aurait eu l’idée d’y chercher ce village?

Par quel fait alors, un village provençal si banal à première vue est-il devenu célèbre? Mais du fait que le 8 janvier 1981 à 17h00, Renato Nikolaï, (originaire d’Italie) s’occupait des choses ordinaires de l’hôte ordinaire – il construisait un abri à pompe dans son jardin. Quand tout à coup il entendit un bruit de sifflement léger, auquel il décida de réagir ; et si à tout hasard, le voisin attrapait le rhume et ne pouvait plus l’appeler, ou, Dieu merci, la nouvelle pompe rendait l’âme. Renato se retourna et vit au niveau du sommet d’un grand pin, quelque chose qui « descendait à terre sans tourner ni briller ».


   Cet article est réservé aux abonnés !

 

Publié dans « 5ème République » №17 – abonnez-vous au magazine

 
← Подпишитесь на нас и не пропускайте ни одного материала
Vous aimerez aussi
Commentaires
Loading...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. OK Détails