Rubrique
histoire

Où trouver le trésor perdu des templiers (partie 2. Versions)

Maintenant, après avoir traité des archives manquantes, nous sommes arrivés au principal: les trésors perdus des Templiers. Où sont passés tous les dix-sept navires qui ont quitté le port de La Rochelle vers une destination inconnue? Il y a une théorie selon laquelle ils allèrent directement de l’autre côté de l’océan, vers une Amérique qui n’était pas encore découverte. Pourquoi pas? On dit qu’au IIe siècle les Vikings y étaient déjà allés. Mais où est-ce que toute la flottille, chargée d’or et d’argent, s’en est allée? Et vous vous souviendrez de ce sur quoi de nombreux conquistadors espagnols et même le pirate anglais «légalisé» Sir Walter Reilly ont misé leur vie. Vous souvenez-vous? Oui, à la recherche d’Eldorado, la «ville dorée», où les murs de toutes les maisons seraient recouverts de métaux précieux. Si ce n’est pas l’usage infructueux des trésors épargnés des Templiers? Et les témoignages de ceux qui l’ont vu de «leurs propres yeux» sont nombreux. Après tout, ce ne sont tout de même pas des rumeurs fantaisistes qui ont forcé les rois européens à équiper des expéditions sans fin à la recherche de l’or américain.

Mais, si quelqu’un avait vu quelque chose, tout le monde cherchait, mais personne ne trouvait quoi que ce soit, alors, où est-ce allé? Apparemment, tout a disparu, tout comme l’entrée du donjon de Gisors. Les Templiers toujours étaient de sacrés cachottiers. Alors, peut-être ce n’est pas pour rien, que le Saint Augustin est en Californie avec sa «Vérité»? Mais parlons des théories plus ou moins officielles sur les destinations du trésor des Templiers, plus ennuyeuses.

Version première: l’Angleterre

Les navires partirent en Angleterre, où ensuite arriva Guichard de Beaujeu, le dernier Grand Maître des Templiers. Pour dire plus précisément: le Grand Architecte de l’Ordre du Temple. Non seulement il serait devenu le premier, selon les affirmations, Maçon (c’est-à-dire un constructeur, architecte) dans le monde, mais il aurait également transféré tous les trésors de la confrérie aux Anglais. La première partie de cette théorie ne résiste pas à la critique. Tout de même, près de quatre cents ans se sont écoulés depuis l’extermination des Templiers jusqu’à l’apparition documentée des Maçons. Mais la deuxième partie de la version semble beaucoup plus convaincante, et la guerre de Cent Ans en sert de preuve.

L’Angleterre, en ces années-là, était une province européenne éloignée, et ni du point de vue économique, ni militaire ne pouvait être comparée avec le richissime et extrêmement puissant pays que fut la France. Et tout à coup à la disposition d’Edouard III, apparaissent d’innombrables richesses, dont même ses descendants ont assez pour 116 ans de batailles ensanglantées contre leur voisin du continent. Il y avait tellement d’argent qu’on a acheté non seulement des mercenaires professionnels, mais aussi des régions entières en Aquitaine, en Gascogne et même en Occitanie. Et tout cela a été fait avec des fonds, dont l’origine est encore couverte d’obscurité … Si tout était avéré, alors la vengeance de l’Ordre serait plus qu’un succès.

Deuxième version: la Lettonie

Les navires chargés d’or et d’argent ne naviguèrent pas vers l’Ouest, mais vers l’Est. Directement vers la Baltique. Chez leurs confrères, les Croisés. Et on doit dire que cette théorie a également ses avantages. Par exemple, l’Ordre Livonien, fondé en 1237, était à l’origine aussi désargenté que l’Ordre de la pauvre fraternité des Templiers. L’ensemble de Riga s’étendait sur deux hectares de terres, qui auraient été négociés chez les Livoniens pour quelques perles de verre, et avec ces moyens furent construits une cathédrale en bois, un château à un étage atypique et plusieurs casernes. Et c’est tout. Sur ce l’argent des chevaliers nordiques fut épuisé à tel point qu’il n’y en avait même plus assez pour l’équipement des troupes pour une autre croisade en Terres Saintes.

Et soudainement à partir de 1315 en Lettonie, commence le véritable boom du bâtiment. Seulement pendant ce temps, fut démarrée la construction de 35 châteaux-forts en pierre! D’une part, selon l’histoire officielle, la Lettonie vivait des intérêts provenant de l’importations de fer, de sel, de chanvre, de cire. Mais combien gagne-t-on grâce à cela? Et là, en plus de l’essor de la construction, en 1346, les Livoniens ont racheté au roi danois une vaste zone d’Estonie – une partie de l’Estonie actuelle, et deviennent l’un des Ordres les plus puissants et les mieux armés d’Europe. Celui même qui se brouilla avec l’Ordre Teutonique, dont il faisait partie à son origine, et le battit à plate couture.

L’influence directe des Templiers sur les Livoniens est indiquée par quelques autres détails: les archéologues encore à ce jour, trouvent sur le territoire de Daugava et dans les environs un nombre inimaginable de ducats et d’écus français; la patronne des deux Ordres était la Sainte Vierge; eh bien, surtout, l’écusson sur les manteaux des chevaliers nordiques était absolument identique à celui des Français.

Troisième version: il n’y avait pas d’argent du tout

Sous les tortures inquisitoriales, les Templiers avouaient tout: qu’ils ont vénéré le Diable, craché sur la croix, pratiqué la sodomie, mangé des chats et, semblerait-il, même le fait qu’ils auraient personnellement crucifié Jésus Christ. Mais aucun des 1500 chevaliers qui ont été pris dans les donjons, n’a dit un mot sur l’argent. Même lorsque leurs propres fils étaient pendus devant leurs yeux. Pourquoi? Comment était cet or, dont Philippe IV Le Bel était si avide? L’on ne l’emporte pas dans l’au-delà.

Les quelques documents conservés dans la Bibliothèque Nationale témoignent que même si les revenus de la fraternité étaient pour le moins élevés, les dépenses étaient également considérables. Donc, le solde n’était guère impressionnant: c’était suffisant pour les croisades, l’entretien des pantalons des chevaliers et leurs écuyers, et c’est tout. Et, peut-être, la raison en est que le trésor de l’Ordre, dont les légendes se répandent encore, était purement virtuel? Et ils n’ont pas stocké des richesses inédites dans les caves moisies, mais ont été la toute première bourse financière au monde, en fait, traitant les opérations commerciales et les contrats à terme?

De plus, il est suggéré que leurs trésors n’étaient que dans la connaissance et les artefacts, tels que l’Arche de l’Alliance et la Table de la Loi, découverts par les premiers croisés dans le Temple de Salomon à Jérusalem. Et c’était sous leur promesse que l’argent a été retiré de chez certains et passé aux autres avec un petit pourcentage. Après tout, s’il y avait réellement des trésors incalculables, ils ne pouvaient pas simplement se dissoudre, comme le sucre dans l’eau bouillante, et sinon – alors, pendant tant de siècles, ils seraient surement réapparus quelque part.

Lisez la première partie de l’article – où trouver le trésor perdu des Templiers

 

Publié dans « 5ème République » №15 – abonnez-vous au magazine

← Suivez-nous et restez au courant !