Rubrique
Destination

Fort Boyard: pas pour le divertissement

Où: 17450 Fouras, Charente-Maritime

L’idée de la construction d’un fort dans le golfe de Gascogne est apparue pour première fois au XVIIe siècle. Le fort protégeant l’entrée de l’estuaire de la Charente était d’une nécessité vitale. Mais le célèbre architecte, maréchal Sébastien Vauban a dit à Louis XIV, qu’il serait «plus simple d’attraper la Lune avec les dents que de construire quelque chose en ce lieu».

Pour cette raison un nouveau projet fut approuvé par Napoléon Bonaparte en 1803. Il s’est avéré que Vauban avait raison – la langue de terre sablonneuse ne supportait pas le poids des pierres, qui furent inexorablement englouties par les eaux. Alors il fut décidé de former un remblai de pierre, coûtant à la France la somme écrasante de 3,3 millions de francs. La construction du fort risquait de coûter aussi cher, c’est pourquoi la volonté de Napoleon fut de réduire le projet du fort presque de moitié. Mais son pouvoir alors prit fin, et la construction fut gelée.

On y revint seulement en 1837 sous Louis-Philippe. A cette époque là, le ciment avait déjà été découvert, aussi le projet avança plus vite, et en 1857 le fort de 68 m de long et 31 m de large était prêt à accueillir les 250 personnes de la garnison et 74 canons. Mais le progrès, qui accélérait la construction, accélérait aussi le perfectionnement de l’armement. La portée du tir de l’artillerie côtière couvrait tout le détroit, ainsi la nécessité du fort n’était plus de rigueur.

Par la suite le fort devint une prison pour les prisonniers de guerre, et servit même de cible pour l’entraînement de tir des nazis durant la seconde guerre mondiale. Le gouvernement tenta de restaurer le fort par ses propres moyens, et même le vendit au privé – le tout en vain. Jusqu’à ce qu’en 1967 sorte sur les écrans un film avec Alain Delon et Lino Ventura «Les aventuriers». L’édifice intéressa l’animateur de télévision Jaques Antoine qui en 1988, le racheta pour 1 million et demi de francs, puis sans tarder le « revendit » au département de la Charente Maritime pour un franc symbolique, pour qu’il prenne en charge les travaux de restauration. De sorte que depuis 1990, chaque été l’on y tourne une captivante série de jeux télévisé «Fort-Boyard» diffusé sur France 2.

Impossible d’accéder à l’intérieur – c’est tout de même un plateau de tournage, alors qu’une excursion en yacht autour du fort reviendrait à 17,50 € pour un adulte et 12 € pour un enfant au dessous de 17 ans.

Publié dans le magazine « 5ème République » №13 – abonnez-vous au magazine

← Suivez-nous et restez au courant !